Chandelle Intime

Chandelle Intime

Mouiller de Douleur

Avertissement :

Certaines photos peuvent choquer. A aucun moment je n’ai été mise en danger. A pratiquer avec des personnes expérimentées suivant des codes de sécurité définis. Séance réalisée entre  adultes consentants. Refus de toute forme d’esclavagisme, violence conjugale ou maltraitance.



J’ai compris tout de suite en entrant dans la pièce. Mon cœur se met à marteler dans la poitrine. Un homme cagoulé et habile de noir se tient debout dans le coin. « H » le salue et m’abandonne face au lit. Je n’oppose aucune résistance  quand  l’homme m’attache fermement.


Ecartelée, il remonte ma jupe et me fesse une première fois d’une main puissante qui claque sur mes fesses.


Offerte, il me doigte sans ménagement. Il s’adresse à « H ». Il semble satisfait.


Le sifflement aigu d’un fouet s’élève dans la pièce. Une douleur  cinglante  me transperce instantanément. Je lâche un hurlement de terreur.


Armé d’un martinet, l’homme me fouette de plus en plus fort.


Pour  étouffer mes cris, il me bâillonne avec  un « bâillon-gode »  enfoncé dans ma gorge. En esclave soumise, je dois toujours baisser les yeux. Il déboutonne mon chemisier et tord violement mes tétons. Je me contracte de douleur. Mes seins s’enflamment.


Je me sens humiliée.  « H » assiste à mon supplice sans rien dire. Il veut me voir fouettée. Mes seins et mes fesses me brulent.


Une avalanche de coups déferle sur mes fesses. Mes hurlements sont étouffés. Je me débats mais rien n’y fait. Imperturbablement, l’homme me flagelle, me fouette. Je sens mes fesses s’embraser.


L’homme saisit une première cravache. La teste en la faisant fouetter l’air. Je suis prise d’une angoisse terrible. Le coup est violent. Mes cris se perdent dans ma gorge. L’homme frappe de nouveau, encore et encore.  


Inlassablement, mon bourreau me cravache. Mes fesses ne sont plus qu’un brasier. La douleur est terrible.  Chaque coup de cravache est une morsure profonde.


 « H » ne m’a jamais fouettée avec tant de violence. L’homme s’interrompt, caresse mes fesses d’une main tiède,  pour mieux me cravacher ensuite.


Après une ultime série de coups, l’homme pose sa cravache et contemple son œuvre. Je tremble de tout mon corps.  Je suis au bord des larmes. Soudain, je me rends compte que ma chatte ruisselle  de plaisir. Je ne contrôle pas mes spasmes.


Douleur et excitation se mêlent. Ma mouille coule abondement… Je suis honteuse …


L’homme se saisit alors d’une autre cravache, plus ferme. Remonte mon chemisier et acère un coup d’une violence qui me fait vaciller. Je hurle tellement j’ai mal.


Imperturbable, l’homme me cravache sans retenue. Je cris, je hurle , je me débats mais mes liens m’entravent. Mes fesses explosent sous la violence des coups de mon bourreau. Il me libère enfin. Je titube vers le lit, au bord de l’évanouissement.


Mes fesses ne sont plus que souffrance, brulure terrible, morsure. Je tremble de douleur. Mon corps m’échappe…


La douleur est si forte que j’ai des nausées. On me tend un seau pour vomir.


La violence des coups de cravache a mis mes fesses à sang. Je vomis de douleur…


L’homme ôte mon chemisier, masse violement mes seins et m’attache fermement les bras dans le dos.


Impuissante, il presse, tord, étire mes tétons. La douleur me fait monter les larmes aux yeux.