Chandelle Intime

Chandelle Intime

Le Choix des Armes

J’en avais envie, très envie. J’y repense souvent et j’ai fini par l’avouer à « H ». Je voulais qu’il m’inflige une séance de soumission, sentir la cravache fouetter mes chairs, pour finir dans ses bras et jouir de ses caresses.  Il me laisse le choix des « armes », choisir ce que je vais subir, comment et avec quoi je désire souffrir…



Je ne savais pas quand il passerait à l’acte. Je découvre ce soir en évidence, l’armada d’objets de « torture » que j’avais « plébiscité ». « H » a son air sombre, sa voix est grave. Il m’installe au centre du lit et me bande les yeux.


Docile et soumise, je me laisse entraver, ligoter


Ma croupe, mes fesses,  mon anus vont subir ses assauts. Je suis crispée, mélange de désir et de peur.



La soumission psychologique transcende mes angoisses.  Je sens mes seins se durcir, mon sexe frémir… Je lèche le cuir de la cravache comme un attouchement, un préliminaire, une fellation à mon bourreau.


La cravache single dans les airs et fouette mes fesses. Chaque morsure embrase mes sens




La brûlure est intense, mes chairs sont sensibles et la douleur me transperce. Etrangement, tous mes sens sont électriques et ma fente humide d’un plaisir masochiste. J’aime être fouettée par « H »…



Libérée de mes liens,  immobile, soumise. Je subis les doigtés profonds de mon « Maître ».


Après ses doigts, je sens la fraicheur d’une crème remplir mon anus. Très vite cette sensation de frais se transforme en chaleur incontrôlable.  Mon cul, rempli d’une patte à dentifrice mentholée, s’embrase par l’intérieur. Fraicheur et chaleur insupportable enflamment mes entrailles…


La sensation de brûlure par le menthol  devient vite insupportable. Je me cambre sur ordre et « H » me lave, me libère. Mon anus en devient délicieusement sensible…


« H » me doigte et me sodomise vigoureusement. Je suis entièrement soumise à ses assauts. Mon « cul est en feu »… Je mouille de plaisir…


Offerte, je sens mon petit œillet s’élargir. Je ne peux pas résister, seuls mes cris raisonnent dans la chambre. « H » enfonce un à un ses doigts dans mes entrailles… 


Son poing s’enfonce lentement.  Je n’ai jamais été aussi loin dans un écartement anal,  je suis au bord de l’évanouissement. « H » le sens et se retire progressivement.


Mon cul me lance, réclame, me terrasse. Sensation terrible et excitante. Je me sens totalement ouverte.


«Soumission, humiliation, obéissance »…  


« H » a gardé « le pire » pour la fin. Ma croupe, mes fesses seront baptisées de cire chaude …  je redoute cet instant et pourtant je le réclame …


Mon corps se crispe cruellement  alors que la cire liquide coule sur ma peau…