Chandelle Intime

Chandelle Intime

La Première Séance



Arrivée dans la chambre, on m’examine comme « au marché aux esclaves ». Je suis exposée, gaugée, évaluée. Interdiction de parler ou de bouger.


Ils parlent à voix basses. Je comprends qu’ils parlent de mes seins, de ma bouche …


En entrant dans la pièce, j’ai remarqué l’étalage d’accessoires pour ma séance de soumission.


On me prépare : mise  nue, puis  collier, corset, menottes.


Je suis exhibée, présentée immobile comme un objet.  Personne ne m’adresse la parole. Je n’existe plus…


On s’affère autour de moi. J’entends cingler  les cravaches… Je ressens un sentiment étrange de crainte et de bonheur d’être ainsi soumise devant « H ».


Je sens une forme d’excitation monter en moi. Je veux que « H » soit fier de moi…


On me place un bâillon-gode dans le bouche.


Bâillonnée, le gode s’est totalement enfoncé dans ma gorge.


Les lens m’entravent fermement.


Mes tétons se dressent sous la pression de mes « bourreaux ».


J’ai compris pourquoi on m’avait tant martyrisé les seins. Mes tétons ont durcis et se prêtent à la  morsure des pinces lestées.


La douleur est vive. Mes mamelons sont devenus très sensibles.


On me relève, jambes écartées.


Le bâillon-gode est remplacé par un bâillon-boule qui m’enserre violement.


Je sens les caresses du cuir. On me cravache progressivement, les cuisses, les fesses, les seins et la chatte. Chaque caresse est cinglante. La douleur instantanée. Puis mes « tortionnaires » caressent ma chatte du bout de la cravache. J’y prends plaisir …


Comme pour m’humilier davantage, on me menotte les chevilles.


Je suis de nouveau abandonnée, exhibée, posée comme une décoration  que l’on ignore. Les morsures des cravaches s’estompent peu à peu. Je sens ma chatte s’humidifier entre mes cuisses.


Le plaisir laisse vite place à la douleur en plaçant des pinces lestées sur mes grosses lèvres intimes.


J’ai envie de crier, mais les sons restent bloqués au fond de ma gorge.  On me cravache de nouveau. Je ne sais plus où j’ai le plus mal…