Chandelle Intime

Chandelle Intime

3 : String View


« H » m’a réveillée en glissant sa queue toute dure dans ma chatte encore tiède. Il s’est enfoncé comme dans un fourreau humide. Je me suis laissée faire jusqu’à ne plus pouvoir retenir mes gémissements. Après un bel orgasme, je me suis vite préparée pour notre sortie nocturne.


La nuit est comme ma chatte, chaude et humide. Quelques bars pour me familiariser avec la température locale !



Cuisses très découvertes, jambes écartées, mon string devient très vite visible. 


J’explique à « H » qu’après tant de jouissance depuis mon arrivée, ma chatte se vide littéralement de sa mouille et coule comme une fontaine entre mes cuisses. J’étais obligée de mettre un string pour limiter les dégâts sur ma jupe. Soit ! Mais quitte à porter un string, il faut le montrer alors écarte bien les cuisses pour le plaisir de tous dit-il.




ça devient très coquin ici…


Mais très vite « H » m’impose sa règle : ôter mon string en public. Il l’exige ici, en pleine rue de Hong Kong !


J’essaye d’être discrète, ça grouille de monde partout dans cette ville. Je n’ose pas lever la tête ni regarder autour de moi…




String à la main, pas très discret mais surtout une petite chatte à l’air libre qui apprécie le doux passage d’air.


« H » veut me voir chatte et fesses à l’air !


C’est chaud une petite française dans les rues de Hong Kong !!


Pour me féliciter, dernier verre dans un bar irlandais. Comme il ne reste plus beaucoup de clients à cette heure tardive, « H » me demande de relever ma jupe et m’assoir à même le tabouret. C’est frais et dur sous mes fesses. Je suis prête à me lever un homme ce soir !


« H » en décide autrement. La journée a été longue et pour une première dans cette belle ville « H » trouve que je mérite un peu de repos. I Sa dernière exigence et que je sorte du Pub seins à l’air avec le risque de buter sur un client.


« H » prends son temps, il exagère parce que derrière lui, le couloir donne sur une rue encore bien passagère ! On fait l’amour en arrivant à l’hôtel, et sa queue dans ma bouche je m’endors, heureuse. Le voyage ne fait que commencer !