Chandelle Intime

Chandelle Intime

Chandelle à nue #1

  

Q : Quelles sont vos mensurations ?

Chandelle : Ça démarre fort ! Je mesure 1m71, sans talons ; mes mensurations sont celles d'une femme aux formes généreuses  95-75-95, et en lingerie un 95 bonnet « D » pour les puristes ou ceux qui veulent me faire des cadeaux !

 

Q : Etes-vous mariée avec « H », vivez-vous ensemble ?

Chandelle : Mariée ? Non. Je lui appartiens depuis 6 ans. Nous avons chacun conservé nos appartements mais passons le plus clair de notre temps ensemble.

 

Q : Quel est votre type d'homme ?

Chandelle : Avec mes talons, je peux mesurer jusqu'à 1m85, je suis donc plus attirée vers un homme grand. Mais avant tout je suis séduite  par un homme qui sourit, qui a le sens de l'humour. Pas prise de tête ni tordu ou violent. Un homme charmant, élégant, attentionné  avec de l'éducation. Je ne suis pas attirée par les hommes imberbes ni les barbus.

 

Q : Avez-vous déjà mentie à H ?

Chandelle : Non. On se dit tout.

 

Q : Avez-vous déjà trompé H ?

Chandelle : Même pas en rêve !  « H » me fait vivre au-delà de mes fantasmes. Si je veux ou dois coucher avec un autre homme, ce sera « H » qui l'aura décidé ou autorisé.

 

Q : Selon vous, quelle est la qualité essentielle d'un ami ?

Chandelle : Confiance et fiabilité, en toute circonstance.

 

Q : Avez-vous des enfants ?

Chandelle : Non, « H »  a un fils d'un précèdent mariage. Il ne souhaite plus en avoir.  Je respecte sa décision. Comme ça je suis encore plus disponible pour lui. (Sourire)

 

Q : Chandelle. Pourquoi ce nom ?

Chandelle : J'aime sa sonorité féminine. Il reflète bien une partie de moi qui aime à se consumer dans le plaisir, la jouissance et apporter ainsi de la chaleur et du bonheur  à ceux qui s'en approchent. Et la tenir, c'est déjà le début du voyeurisme !

 

Q. : Quel métier exercez-vous ?  Faites-vous un métier où vous êtes amenée  à réaliser quelques photos ou scènes érotiques ?

 

Chandelle : Je commercialise à l'export du matériel de haute technologie. Une fois lors d'un diner client à Paris « H » avait réservé sans me prévenir, une table  dans le même restaurant. Assis presque face à nous, il me faisait écarter les cuisses pour contempler discrètement  ma chatte. Je pense que d'autres convives en ont profité aussi.

 

Q. : Quelle relation avez-vous « sur le plan privé » avec vos collègues de travail ?

Chandelle : J'ai toujours  été extrêmement discrète sur ma vie privée. Ça dérange parfois. On m'a imaginée avec un homme marié, ou en femme entretenue par un homme bien plus âgé et finalement lesbienne, ce qui arrangeait bien mes collègues qui désespéraient de coucher avec moi.

 

Q. : Quelles tenues portez-vous au travail ?

Chandelle : Mes tenues deviennent de plus en plus féminines et sexy. La métamorphose est flagrante. Je ne porte jamais de pantalon ni de collants. Je porte essentiellement des mini jupes, des tailleurs échancrés, des robes décolletées et fendues, des porte-jarretelles ou bas-jarretières dont la dentelle se devine parfois lors que je suis assise. Des talons aiguilles et jamais de culotte.

 

Q. : Lors de vos  activités professionnelles, omettez-vous aussi le port de sous vêtements ? Quelle réaction de vos collègues de travail quand ils s'aperçoivent que vous ne portez pas de soutien gorge ?  C'est ce que l'on remarque en premier.

Chandelle : Une réaction de voyeur ! Certains me draguent avec insistance, surtout face à mes jeux de jambes, mais je ne mélange pas travail et sexe. Mon patron m'a fait une remarque une fois sur mon décolleté plongeant.   Mes collègues femmes sont toujours les plus insidieuses.

 

Q : De quel genre êtes-vous au travail ?

Chandelle : Assidue, perfectionniste, fiable et consciencieuse. Je travaille volontiers en équipe. J'occupe un poste à responsabilité et je m'y tiens.

 

Q : Vous arrive-t-il d'être plugée, de porter des pinces... au boulot ? Vous arrive-t-il de  partir au travail en minijupe sans culotte et avec un plug enfoncé dans l'anus ?

Chandelle : En mini-jupe sans culotte, oui, presque tous les jours. « H » ne m'a jamais encore fait porter des pinces sur mon lieu de travail, mais vous allez peut-être lui donner des idées ! (sourire partagé). Mais cela devra rester très discret ! Pour le plug anal, oui il l'a exigé. A la fin de la journée, ma chatte était tellement humide que j'en ai laissé des traces sur mon fauteuil !

 

Q : Avez-vous déjà pratiqué des fellations avec éjaculations faciales à des collègues sur votre lieu de travail ?

Chandelle : Non, comme j'ai expliqué, je garde mes distances et seul « H » pourrait l'exiger, mais je sais qu'il ne me fera jamais rien faire qui pourrait nuire à mon travail. Par contre, j'ai souvent imaginé que « H » me rejoigne un soir tard alors que je serai seule au bureau et qu'il me fasse faire des choses inavouables.

 

Q : Êtes-vous une femme différente au travail par rapport à vos collègues et clients ?

Chandelle : Notre industrie est assez conservatrice ! Dès que je suis avec mes clients, j'arbore des tenues sobres et de circonstance. Je suis en contacte direct avec une clientèle internationale et il faut savoir se comporter en fonction des  différentes cultures. Au bureau, je suis une femme émancipée, parisienne qui s'habille suivant les modes. Avec mes clients je suis beaucoup plus « classique ».

 

 

   

Q : Dans la vie de tous les jours êtes-vous sans culotte ?

Chandelle : Oui, tout le temps,  même sous des jupes très courtes.



 

Q : Quel est votre restaurant préféré à Paris ?

Chandelle : Grace à mon métier, j'ai la chance de diner dans d'excellents restaurants parisiens. Sinon « H » décide en fonction de ses envies, gastronomique ou autres. En général nous aimons les endroits plus discrets avec une cuisine authentique.

 

Q : Quel est le surnom que H vous donne ?

Chandelle : Sur le plan « cul », ça passe de « ma chérie » à « chienne », « salope » ou « esclave ». Et en fonction de la circonstance, c'est très excitant. Dans l'intimité, … je le garde pour moi !

 

Q : De la lampe que vous venez d'acheter sort un génie. Quel vœu faites-vous ?

Chandelle : De rendre « H » heureux le plus longtemps possible.

 

Q : « H » décide de passer 15 jours seul aux Seychelles, acceptez-vous ?

Chandelle : Je ne suis jamais allée aux Seychelles, je serai furieuse ! (rires). Sérieusement, il est libre, il partira mais au retour je lui saute dessus pour qu'il me baise toute la nuit. (Message personnel : te voilà prévenu !)

 

Q : Attachez-vous  beaucoup d'importance à votre santé ?

Chandelle : Ô combien ! Je ne fume pas et ne me drogue pas.  Je pratique un peu de sport et de la danse. J'ai un suivi médical régulier et n'hésite pas à faire pratiquer fréquemment des bilans de santé. Je suis très regardante sur l'hygiène et l'hygiène intime de mes partenaires. J'ai toujours des préservatifs dans mon sac à main … au cas où !

 

Q : Quel est votre lieu de vacances préféré ?

Chandelle : C'est comme pour mon restaurant préféré de tout à l'heure. Le monde est vaste et personne ne refuse une semaine aux Caraïbes, un séjour sur le Nil, ou un farniente à Phuket. Mais j'aime surtout me ressourcer loin de tout sur une petite île sauvage au large de la Vendée.

  

Q : Est-il facile de concilier cette formidable aventure avec une vie de famille et/ou professionnel (travail, famille, enfants...) ?

Chandelle : Il est vrai que sans enfants, nous avons plus de disponibilité. Nos métiers nous éloignent parfois et j'en souffre mais nos retrouvailles n'en sont que plus torrides. Appartenir à un homme, être son objet, son esclave est un sentiment permanent.  Je ne pense qu'à ça, tout le temps.

 

 

Q : Vous arrive-t-il de partager vos aventures photographiques avec d'autres amies, couples ?

 

Chandelle : Pas encore, mais pourquoi pas.

 

 

 

Q : Vous avez visiblement l'occasion de voyager un peu, profitez-vous de ces moments pour rencontrer d'autres amies exhibitionnistes ?

 

Chandelle : L'occasion ne s'est pas encore présentée. J'aimerai bien, surtout avec « H » comme photographe.

 

 

 

Q : Pourquoi ne pas organiser un salon ou une croisières des couples libérées et exhib ?

 

Chandelle :  Je préfère vivre ces moments là en petit comité, avec 1 ou 2 couples. C'est tellement plus agréable d'être en communion avec quelques amis de confiance.

 

  

 

Q : Fréquentez-vous les clubs libertins ?

 

Chandelle : Oui,  assez souvent. J'adore l'atmosphère de ces lieux.

 

 

 

Q : Avez-vous votre propre carnet d'adresses, sur Paris, qui regorge de bonnes adresses (lieux d'exhib, clubs, magasins de fringues, saunas, sex-shop...) 

 

Chandelle : C'est surtout « H » qui a ce genre de carnet, et croyez-moi, il me surprend chaque fois.

 

 Q : Depuis combien de temps connaissez-vous  « H » ?

 Chandelle : Depuis 2004.


Q : Où vous êtes vous rencontrer ?

Chandelle : Lors  d'un diner d'après spectacle avec un groupe d'amis.  J'ai découvert que nous avions une amie en commun. Nous ne nous sommes pas vraiment adressé la parole mais je sentais déjà son magnétisme agir sur moi. Nous nous sommes revus quelques mois plus tard, lors d'un brunch chez cette même amie. En repartant, au lieu de me faire la bise, il glissa habilement son index sur ma bouche entrouvrant mes lèvres. Dès le lendemain, il me téléphona. Je lui appartenais déjà.


 

Q : Au bout de combien de temps êtes-vous devenue sa soumise ?  Est ce par jeu ?

Chandelle : Ca ne se décrète pas. On ne se réveille pas un matin en décidant de devenir  la soumise sexuelle d'un homme. Je suis pourtant une femme d'Affaires habituée à prendre des initiatives et des décisions importantes.  « H »  m'a accompagné progressivement vers la soumission sexuelle de ses désirs, sans jamais me heurter, sans jamais me presser. Au contraire, je passai chaque étape avec une excitation grandissante. Je lui appartiens corps et âme. Il m'a fait me découvrir, découvrir des plaisirs que je n'imaginai même pas. Je n'ai jamais autant joui de ma vie et de tellement de manières  différentes. On n'appartient jamais qu'à un seul Maitre.

 

Q : Etes-vous sa première soumise ?

Chandelle : Je ne connais pas tout son passé  mais « H » a cette faculté de donner du plaisir à l'autre avant tout. On ne peut que se soumettre. Pour arriver à un tel point de dextérité et d'assurance je suis convaincue qu'il excelle depuis des années.

 

Q : « H »  vous met-il au défi en pleine journée ?

Chandelle : Oui que nous soyons ensemble ou non. SI nous sommes séparés plus de 24h pour raison professionnelles par exemple, j'ai ordre de me faire jouir au moins une fois par jour. Je m'exécute avec plaisir et au réveil mes cuisses et mes draps en portent souvent la trace humide.  Lors d'un déplacement en avion, il m'a fait porter un énorme godemichet dans mon sac à main. Mon cœur battait la chamade au passage du scanner de sécurité mais tout c'est bien passé. J'ai parfois ordre de me caresser pendant la journée au bureau. Je m'isole aux toilettes pour me faire jouir et je lui envoie un mms. Revenir auprès de mes collègues les joues rougies par le plaisir est toujours une épreuve. Il n'est pas rare le matin que « H » remplisse un petit flacon de sa semence tiède que je dois boire « cul-sec » en arrivant au bureau. J'en garde le gout dans ma gorge toute la matinée. Un jour un collègue trouvera que mon haleine sent le sperme … La liste est interminable et c'est ce que j'aime avec « H ».

 

  

 

Q : Que préférez-vous ? Etre offerte à deux hommes par H pour les sucer ou pour exhiber votre corps impudique?

Chandelle : ça dépend des circonstances mais j'adore les deux.  Je prends énormément de plaisir à être exhibée. On ne sait jamais comment cela va finir.

 

 

Q : A chaque sortie, pour l'instant, vous avez sucé avec délectation les voyeurs présents. Envisagez-vous de vous faire baiser prochainement lors d'une de vos  sorties champêtres.

 

Chandelle : « H » en décidera le moment venu.

 

Q : Vos vêtements, vos dessous trahissent vos origines bourgeoises.  Que ressentez-vous à être exhibée comme une chienne soumise?

Chandelle : J'adore ça et ça m'excite terriblement. Si vous êtes en confiance avec votre partenaire, vous allez faire des choses inimaginables.

 

Q : Lors de vos sorties en forêt, vos rencontres sont-elles organisées ou fortuites?

Chandelle : Fortuites. Bien que nous allions volontairement vers des endroits connus pour l'exhibition. Nous faisons très attention qu'il n'y ait pas d'enfants ou de personnes que nous risquions de choquer. Ceci dit, j'aime être exhibée partout et on rencontre partout des amateurs …

 

Q : Si c'est organisé, sur quels critères choisissez-vous vos  partenaires?

Chandelle : « H »  choisira pour moi le moment venu. Certainement des partenaires sains de corps et d'esprit avec qui j'aurai plaisir à passer un moment d'intimité. Tendres et respectueux quelque soit leur âge, couleur de peau, origine ou sexe. Le scenario sera parfaitement orchestré, j'en suis certaine.

 

Q : Dans Paris, comment vous déplacez-vous ?

Chandelle : En voiture ou en taxi.

... suite Chandelle à nue #2

 



23/03/2010
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 289 autres membres