Chandelle Intime

Chandelle Intime

Boire ou B..., il faut choisir !

« H » est  à un concert ce soir.  Je suis seule à l'appartement quand un couple d'amis me téléphone et m'invite à  l'inauguration d'un « bar-lounge » près de chez eux.  L'idée me séduit, je passe rapidement une veste sur une robe légère et je pars les rejoindre.

L'ambiance est cosy, grands canapés rouges velours, tables basses laquées noires, atmosphère feutrée. Une musique type « Bouddha Bar » et des serveuses plus sexy les unes que les autres ajoutent une touche intimiste à l'endroit.  J'aperçois mes amis confortablement installés dans les canapés, en pleine discussion avec des inconnus. Collée entre deux convives, on me sert un cocktail tropical fortement alcoolisé ! Bien que peu portée sur les alcools forts, on me fait « rattraper mon retard » avant de me servir  un second.  L'ambiance est chaleureuse, les verres se vident facilement. L'homme à ma gauche a une cinquantaine d'années, élégant et charmeur.  J'apprends qu'il est  bordelais,  de passage à Paris pour affaires. La femme à ma droite est déjà saoule et se vautre sans vergogne sur son mari.  Comme toujours dans ces soirées, après une période d'euphorie,  les cris et rires s'estompent au profit de discussions plus intimes et calmes. J'échange des mondialités avec mon voisin. Un bien-être et une douce chaleur m'envahissent alors que les cocktails défilent sournoisement. Par manque de place, nos jambes se frôlent. Je souris intérieurement, il me drague. Son regard se pose constamment  sur la dentelle de mes bas-jarretières que ma robe laisse paraitre à force de bouger au fond du canapé.  Un plaisir supplémentaire ! Après tout, mon inconnu bordelais a bien le droit de fantasmer sur mes jambes… Je trouve ça excitant.

En semaine, il faut se coucher tôt. Travail oblige. Un à un les invités quittent le groupe. Mes amis partent  à leur tour et se proposent de me reconduire. Je décline, nous habitons à l'opposé, et je suis fermement décidée à leur emboiter le pas, prenant  un taxi. C'est à partir de là que j'ai perdu le contrôle …

Alors que je m'apprête à me lever, mon « chevalier servant d'un soir » me propose une spécialité maison.  On nous sert un genre  de« T'punch » qu'il faut boire « cul sec ». Je me sens légère, insouciante et bien. On plaisante, on rit, je me laisse draguer sans méfiance. Il me fait ouvertement du pied, et frotte régulièrement sa jambe le long de ma cuisse. La sensation est  agréable. L'homme est charmeur,  les vapeurs d'alcool me rendent  docile.  J'imagine  « H », assis en face,  contemplant la scène. Cette image décuple mon excitation. Je commence à me sentir un peu saoule.  L'homme me parle mais mon esprit se brouille. Je dois me concentrer et fixer ses lèvres pour mieux le comprendre. La seconde « tournée » de « T'punch » me sera fatale… En reposant nos petits verres vides, l'homme se colle encore un peu plus. La tête me tourne. Je sens la chaleur de sa main se poser sur ma cuisse. Il me caresse délicatement. Je plaque ma main sur la sienne pour interrompre son geste mais sans hésiter, il la saisit et la dépose au creux de sa cuisse à lui. Un frisson me traverse. Mon sexe s'embrase malgré moi. Je veux  m'enfuir mais  ces attouchements discrets sont sensuels et agréables. Je sens mon corps m'échapper.

L'homme est séduisant, attentionné et tendre mais je n'ai plus fait ce genre de chose sans la présence ou l'aval de « H ». Je réunis toutes mes forces et me lève maladroitement. L'homme propose de commander un taxi. J'acquiesce de la tête et disparais aux toilettes.

De retour dans le bar, je devine l'homme debout près de la sortie, ma veste à la main. Je m'avance lentement vers lui, mes jambes sont lourdes et mon corps vacille. En « gentleman » il m'accompagne jusqu'au taxi.  Est-ce la position debout, le changement de température avec l'extérieur, ou l'odeur âpre du taxi mais soudain, j'ai un terrible « trou noir » dont j'ai encore honte maintenant. Je ne me souviens plus de rien. L'image suivante qui me vient à l'esprit, est celle de sa chambre d'hôtel…

Costumes rangés, affaires en bazar, l'homme me dirige vers son lit. Je n'émets aucune résistance. Il retire ma veste et m'allonge sur le dos. Je retombe sur le lit tel un corps-mort. Mes pensées s'embrouillent,  la chambre « tourne » lentement.  Je sens l'homme relever mes jambes et ôter délicatement mes chaussures,  il retrousse ma robe et s'interrompt à la vue de mes jambes gainées et de mon sexe lisse.  Se doutait-il que je ne porte jamais de lingerie et cette vision l'excite-t-elle davantage?  Je ressens  alors ses mains chaudes aller et venir  lentement le long de mes cuisses, puis retirer  un à un mes bas. Je suis incapable de me débattre. Une partie de moi voudrait fuir, l'autre s'abandonner… L'alcool a définitivement pris le dessus sur ma raison. L'homme relève mes jambes et écarte largement mes cuisses pour bien contempler mon sexe.  Avec ses doigts, il étire mes grosses lèvres, ma chatte ouverte lui est offerte. Je distingue son souffle chaud sur mon entrecuisse. Il avance sa tête et passe lentement sa langue sur ma vulve humide. Alors que je veux crier mon refus, il aspire profondément mon clitoris entre ses lèvres. Mes entrailles s'enflamment, mon cri devient gémissement de plaisir.  A mon esprit défendant, mon corps s'offre au bonheur de cette bouche experte. Je ressens sa langue profondément dans ma chatte. Il me perfore, me lèche, m'aspire. Je ne contrôle plus mes gémissements, mon ventre ondule au rythme de sa langue. Bras écartés, j'enfonce mes ongles dans les draps tellement  mon corps brule de plaisir. Il s'active avec tant de dextérité sur ma chatte que je jouis violemment malgré moi, sa tête enfoncée entre mes cuisses.

J'essaye de reprendre mes esprits, Je suis terrifiée à l'idée de la suite. L'homme s'allonge à mes cotés, dénude mes seins et me masse lentement. Ses caresses sont  douces, mes tétons durcissent sous ses doigts. Mon corps m'échappe de nouveau. Il déboutonner son pantalon. Je suis à la fois angoissée et excitée malgré moi. Je sens un liquide chaud couler de ma chatte. L'homme est  attentionné et respectueux.  Abandonnée de tous et résignée, je souhaite seulement qu'il me baise « tendrement ». Totalement nu, je le sens se placer au dessus de moi. Mes jambes s'écartent davantage comme pour signifier ma soumission. Dans un sursaut de lucidité, je me souviens passer ma main sur son sexe pour m'assurer qu'il porte un préservatif. Son sexe est mou. Il tente de me pénétrer plusieurs fois sans succès. Ma tête se met à tourner plus encore, je me sens affreusement mal. J'ai la nausée. Je bondis hors du lit et me refugie dans la salle de bain. J'y reste un long moment, assise parterre près des toilettes. En revenant dans la chambre, l'homme est endormi sur le lit, vaincu par l'alcool et la fatigue. Je m'écroule à ses cotés et sombre dans le sommeil.

Je suis réveillée par le téléphone. « H » me cherche partout. Vaseuse, heureuse d'entendre sa voix mais honteuse je lui avoue être au lit avec un étranger, dans une chambre d'hôtel inconnu, quelque part dans Paris.  Je commence à sangloter, « H » me calme et me rassure. Je reprends mes esprits, réunis mes affaires et quitte la chambre laissant l'homme aux bras de Morphée.

« H » m'attend dans notre lit. Je me jette dans ses bras et éclate en sanglots. Je tente de m'expliquer,  mais « H » pose sa bouche sur mes lèvres et m'embrasse amoureusement. Il me fera l'amour délicieusement une bonne partie de la nuit. Nous en avons reparlé ensemble le lendemain. Je suis apaisée. Je ne boirai plus jamais autant. J'ai même pu avouer à « H » que j'ai eu, malgré tout,  des moments de plaisir, d'excitation de me retrouver ainsi dans la chambre d'hôtel d'un inconnu  comme une vulgaire fille ramassée dans un bar. J'y repense souvent et certains passages m'excitent au point de m'amener à me caresser en imaginant une suite…. Je ne sais pas qui était ce Monsieur de Bordeaux et je pense que je ne le reverrai jamais. Dans ma « fuite », j'ai laissé derrière moi mes bas-jarretières. Qu'il les garde en souvenir….

 



04/12/2009
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 294 autres membres