Chandelle Intime

Chandelle Intime

Avant ...

 

J’aime le sexe, mais j’adore aussi tous les moments intimes … qui précédent le passage à l’acte!

 

Je suis repartie en Thaïlande, pour affaires cette fois-ci.  Un bref séjour sans « H » mais il a su me réserver une très agréable surprise. Il m’appelle un soir et m’annonce que Pierre, un copain qui avait assisté sans trop participer à une de nos soirées coquines parisiennes, était aussi de passage à Bangkok et  allait me contacter pour prendre un verre…  Je dois lui faire bonne impression et surtout lui laisser un souvenir inoubliable ! Venant de « H », cette idée m’excite et cette nuit là je me suis faite jouir seule entre mes draps.

Je reçois un sms dès le lendemain matin. Pierre passera à l’hôtel vers 20:00h. Je ne cesse d’y penser toute la journée. Je le connais à peine, envisage-t-il de coucher avec moi dès ce soir? Le message de « H » est clair.  Mes réunions se succèdent mais mon esprit est ailleurs. Je suis excitée, ma chatte humide à l’idée de cette soirée …

Je me repose un peu dans ma chambre puis à 19h, je pars me préparer dans la salle de bain. Je sais comment m’habiller.  Très sexy, juste un body dentelle sous un tailleur jupe et bas jarretières noires.  Effet garanti ! Mes seins sont durs et pointent sous la douche. J’ai presque joui avec le lavement anal… Puis je m’enduis d’un lait parfumé. J’ai l’impression d’être caressée sur tout le corps. Mon cœur bat fort. Quelques gouttes de parfum aux endroits stratégiques, j’enfile mes bas et je passe le body. Je suis encore plus excitée en découvrant mon reflet dans le miroir. Je glisse ma main entre mes cuisses, ma chatte est ouverte, humide. Je commence à me caresser puis je me reprends. Je vais être en retard. Séance maquillage, je veux être fatale, irrésistible. J’intensifie le noir et le contour des yeux.

« H » n’est pas là physiquement mais je sens sa présence. C’est la première fois qu’il organise ainsi une rencontre à distance lors de mes déplacements. C’est différent de mes expériences « Courtisane »,  j’ai l’impression d’être une « call-girl »…  Ça va être coquin et je lui rapporterai chaque détail…

Mon anus me titille, stimulé par le petit lavement. J’irai bien volontiers sur le lit me faire jouir mais ce serait de la gourmandise. Je me coiffe avec soin et contemple modestement le résultat. « Humm, sexy ma fille, je pense qu’il va craquer ! ».

J’ai à peine le temps de passer mon tailleur et d’enfiler mes chaussures que j’entends frapper à ma porte. C’est lui, je pensai le rejoindre à la réception, comment connait-il mon numéro de chambre ? « H » certainement … J’ouvre, il s’avance…

Vingt minutes plus tard, je suis allongée sur le lit, une abondante giclée de semence en travers de mon body… seule. Certainement trop sexy pour lui, il n’a pas résisté et à peine 5 minutes après être entré dans ma chambre, il m’enlace et passe ses mains sous mon tailleur. Je le suce à peine qu’il bande déjà très dur. Il passe un préservatif, me repousse sur le lit et me prend en levrette. Il me baise fort, je suis confuse par tant d’empressement, mais sa queue commence à me faire de l’effet. Soudain, il se raidit, me pousse sur le coté,  préservatif à la main, sa bite dans l’autre, il m’asperge de  foutre en une succession de saccades. Il se rhabille, s’excuse de ne pouvoir rester et me propose un rendez-vous demain entre deux réunions !! Honorée, je décline… il me flatte, m’avoue ne jamais avoir faire l’amour à une femme comme moi, et s’en va !!

J’y pense souvent. Vraiment nul mais je revis tous les instants d’excitation qui ont précédé ma rencontre avec Pierre et ça m’excite encore aujourd’hui. Je crois que c’était ça en faite que « H » voulait me faire vivre.

 

Plus récemment, « H » me fait vivre une autre expérience très stimulante.

Il a un rendez-vous avec un homme d’affaires du Moyen Orient à l’occasion de son passage à Paris. Comme la rencontre sera brève, « H »  propose de me joindre à eux comme assistante/collaboratrice et de partir ensuite diner tous les deux en « amoureux ». Je me garde de toute excentricité et m’habille sobrement d’une robe longue noire, très légèrement décolletée. L’entrevue ne dure en effet pas longtemps mais l’homme me courtise élégamment d’une voix douce chaque fois que « H » s’absente pour fumer ou téléphoner. Nous nous quittons en tout bien tout honneur, un homme de bonne éducation qui aime incontestablement les femmes.

Semaine dernière, j’apprends que nous sommes invités à diner dans un bel hôtel parisien par ce charment Koweitien. Je m’en défends, ne souhaitant pas m’immiscer dans les affaires de mon homme, mais « H » insiste sur demande pressante de son hôte semble-t-il.  Je soupçonne « H » d’avoir manœuvré dans ce sens… Comme aucune signature de contrat n’est à la clé de ces rencontres que je qualifierais plus de  relationnelle amicale, j’accepte quoi qu’il m’en coûte. J’apprends que l’homme s’est  renseigné sur une éventuelle relation entre nous, et au vue de la réponse mensongère de « H », avait exigé ma présence.

« H » est diabolique ! Il me conseille une robe cocktail noire, assez courte et moulante, porte-jarretelle discret et bas noirs. Et surtout le plein de préservatifs ! Il fait plusieurs incursions dans la salle de bain pour me donner du plaisir alors que je me prépare pour cette sortie inédite.

L’homme nous accueille au bar de l’hôtel. De toute évidence, ma tenue le séduit mais il reste très discret et courtois. « H » continue de me vouvoyez et se permet même la fantaisie de me complimenter sur ma tenue qu’il prétend découvrir  pour la première fois ( !). L’excitation me gagne et je me laisse aller au jeu. L’homme ne se gène plus pour me courtiser devant « H ». Je succombe progressivement à son charme…

Le maitre d’hôtel nous place dans « un box » discrète de ce magnifique restaurant.  L’homme se glisse sur la banquette à mes cotés, « H » face à nous. Je sens ma chatte trempée et mes tétons pointent déjà au travers du tissu de ma robe. Le champagne embrume un peu mon esprit. Comme j’aimerais partir aux toilettes et faire l’amour à « H ». L’homme me tend une coupe, nous trinquons à ma « beauté ». Ma robe est légèrement retroussée, dénudant la jarretière. Je n’ose regarder pour ne pas attirer l’attention.  Un contact se fait soudain sous la table. L’homme vient de coller sa jambe contre ma cuisse. Je ne bouge pas. Mon excitation se décuple aussitôt. « H » le devine, ce qui m’excite davantage.

Au fur et à mesure du repas, l’homme devient de plus en plus expansif, son langage corporel m’excite. « H » s’absente, l’homme pose alors sa main sur ma cuisse et avoue sans détour vouloir me faire l’amour ce soir. Tout mon corps s’électrise. Sa main se serre quand je lui avoue partager le même désir. Il se retire au retour de « H » mais par un code convenu, je confirme à mon homme les intensions de son ami.

Je tiens à peine en place, l’homme me fait généreusement du genou sous la table et je réponds à ses avances avec la même passion. Je sens mon sexe ruisseler au point de mouiller ma robe. J’ai des contractions, des spasmes dans ma chatte. Progressivement, nos corps se rapprochent et c’est presque collé l’un à l’autre que nous poursuivons le repas. Le vin aidant, l’homme s’émancipe. Il ne se gène plus pour apposer sa main sur ma cuisse devant « H » lorsqu’il me parle. Je suis une « pile électrique », surexcitée, chaude comme la braise. J’ai même osé caresser légèrement sa cuisse à mon tour. « H » remarque combien mes seins pointent outrageusement. Je me recule et passe mes doigts sur mes tétons pour me caresser discrètement et signaler à « H » à quel point j’ai besoin de faire l’amour.

Nous prenons le café/digestif dans des salons intimes et feutrés de l’hôtel.  L’homme m’a attirée à ses cotés sur le canapé et c’est sa main sur ma cuisse qu’il parle business avec « H ».  Si seulement cette soirée pouvait se terminer par un plan à trois, je serais la plus heureuse des femmes, mais ce n’est pas le genre de la maison. J’ai envie de faire l’amour, cette soirée atypique m’a complètement transportée. Tout à l’heure j’étais avec « H » et maintenant n’importe qui penserait que j’appartiens à cet autre homme. « H » se lève, et prend congé, me laissant aux bras de son ami koweitien…

La chambre est magnifique, spacieuse. Nous nous enlaçons, nos ébats sont fougueux. Je suis brûlante de désir. Ma chatte est tellement humide qu’il me prend aisément et me fait jouir délicieusement.

Il est plus de 3 heures du matin quand je me glisse finalement dans notre lit. J’ai rarement été autant excitée toute une soirée et ce scenario m’a procuré tant de plaisir.  « H » me fera  merveilleusement l’amour et je m’endormirai au petit matin, épuisée de jouissance mais heureuse, sa belle queue dans ma bouche.



20/06/2012
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 289 autres membres