Chandelle Intime

Chandelle Intime

24 heures

Nous arrivons dans une région paisible au nord de la Thaïlande, petit tour par l’hôtel, fellation d’usage et pénétrations multiples, « H » m’a mise dans un état d’excitation terrible avant de sortir prendre un verre. 

 

 

 

Totalement nue sous ma robe, j’attire les regards mais il se fait tard et le bar se vide rapidement.

 

 

 

 

Le patron est français, il se joint à nous, accompagné de ses deux derniers clients. Ils sont américains et déjà bien « chauds ». L’un deux s’installe directement à coté de moi. Coiffé à la « Georges Clooney », il affiche un léger surpoids. Son ami, type G.I., discute avec « H ».  La femme du patron nous rejoint, italienne aux cheveux longs tigresse, elle pousse la musique à fond et se met à danser derrière le comptoir. Je sens mon voisin hypnotisé par la transparence de ma robe et la forme de mes seins au travers du tissu. Roberto est d’origine mexicaine, il est ici pour « affaires ». Les verres s’enchainent, l’ambiance s’échauffe. La femme quitte son comptoir et m’entraine danser avec elle au centre du restaurant. Je sens le regard du « mexicain » sur mes fesses, mes jambes. Je suis encore humide des pénétrations de «H » à l’hôtel, il n’en faut pas plus pour que mes seins se durcissent et que mes tétons pointent outrageusement. Apprenant par  « H » que je ne suis pas mariée, Roberto  devient très entreprenant. A peine assise, il me propose de le rejoindre à son hôtel le lendemain soir… Décidément, ces américains sont vraiment très directs !!

Roberto me drague maintenant  à mort. Ignorant « H », il ne se gêne plus pour passer son bras autour de ma taille, pour danser au bar avec moi, pour laisser trainer ses mains baladeuses sur mes fesses.  Ça devient très chaud ! C’est excitant, j’adore.  Je passe derrière « H » et glisse à son oreille que je ne serai pas avec lui demain soir, que je serai  dans le lit de Roberto. Il me sourit, me félicite et m’encourage à continuer …

Le vin et la chaleur ambiante attisent les esprits. Roberto m’entraine danser, il se colle, se plaque contre moi. Il passe ses mains sur mes seins, sur mes fesses, remonte le long de mes cuisses, sous ma robe jusqu’à effleurer discrètement ma chatte. Surpris par ma nudité, il porte son doigt à sa bouche pour me goûter. Ce geste m’excite encore plus, il m’embrasse dans le cou … je suis terriblement excitée. Il me veut ce soir mais je refuse, il est malheureusement trop alcoolisé…

Il est 3 heure du matin quand nous rejoignons notre d’hôtel. Nous sommes invités à diner avec nos deux américains demain soir. Sur le chemin du retour, je me confesse à « H » ce qui m’excite un peu plus. Nous avons fait l’amour pendant plus de deux heures avant de tomber de sommeil, la queue de « H » entre mes lèvres.  Je suis réveillée par la femme de chambre ouvrant la porte, il est  8 ½ heure du matin ! Ma chatte est encore trempée, mon anus toujours ouvert, je me précipite sur « H ». J’ai joui encore jusqu’à midi…

Nous décidons d’aller déjeuner, prendre des forces et se reposer quelques heures à la piscine. Je suis comme une chatte en chaleur, « H » le ressent. Je ne peux pas détourner de mon esprit cette soirée qui se profile et de mon rendez-vous avec Roberto. A 16h je demande à remonter à la chambre. Je suis accroc, un volcan sur le point d’exploser. « H » me caresse, me pénètre mais rien ne me calme, je jouis de nouveau, encore et encore…

Il est 18h, je dois me préparer.  Mon entre-jambe réclame alors que je me maquille, me fais belle pour rejoindre cet homme qui va me baiser … Talons, bas, robe noire et préservatifs… Je suis prête !

 

Roberto et son collègue sont déjà à table avec un couple thaï. Il me place à sa droite, « H » en face.  Il  garde ses distances. Il ne se doute pas de la fournaise sous ma robe.  Il s’inquiète soudain de savoir si je suis toujours d’accord pour ce soir, je lui réponds que oui  bien sur ! Le couple se retire, nous dégustons une dernière bouteille de vin quand Roberto me glisse discrètement « on y va ? ».  Il se lève et lance  « Chandelle et moi partons nous promener un peu ! ».

A peine sorti du restaurant, il se retourne et m’embrasse à pleine bouche. Sa langue est conquérante, ma chatte s’enflamme…  Son chauffeur nous attend.

La chambre est modeste mais très grande. Je m’avance, l’embrasse par petits baisers dans le cou, sur le torse au fur et à mesure que je déboutonne sa chemise puis accroupie je fais glisser son pantalon. Une toison noire et dense coiffe un sexe généreux. Je le goûte, l’aspire… Je m’allonge sur le lit, dénude mes seins, écarte mes cuisses, offerte !  Roberto se « couvre », il bande déjà fort. Il se place entre mes cuisses, caresse légèrement mes seins, me lèche rapidement la chatte puis s’allonge sur moi pour me baiser comme « papa/maman ». Quelle déception, mais soudain je le sens s’enfoncer dans ma chatte brûlante et me pilonner par saccades.  C’est le « pivert » de la bite ! Surprenant mais terriblement efficace. Il « mitraille », s’arrête, se redresse, contemple ma chatte puis recommence. Chaque fois plus fort, plus longtemps mais toujours de cette manière très particulière. L’effet est extraordinaire, je gémis à chaque prise, la jouissance monte comme une onde et se libère dans un orgasme merveilleux. Il continue inlassablement par saccades brèves et rapides. Je jouis encore. Il se redresse chaque fois comme pour admirer ma chatte avant de me reprendre de plus belle. Je cris de bonheur, ma chatte coule de jouissance.  Il me glisse « et l’autre ? », je lui demande « dans mon cul ? oui bien sûr… » et dans l’instant, il plonge sa belle queue bien raide au fond de mon petit anus. Il m’encule par à-coups rapides, par percussion, s’interrompt puis reprend de plus belle. C’est génial, mon cul s’embrase jusqu’à me faire jouir profondément. Jambes grandes ouvertes, il m’encule en contemplant ma chatte luisante de mouille. Sa queue est diaboliquement bonne dans mon cul et je me contracte de nouveau sous le spasme d’un nouvel orgasme anal. Soudain, il s’emballe, gémit et libère son plaisir. Je reprends peu à peu mes esprits, j’avais attendu ça depuis hier soir. Je suis ouverte et trempée de plaisir. Roberto se retire et brandit son préservatif plein de semence crémeuse comme un trophée ?  

Je suis bien. Je repense à toute cette histoire et je suis heureuse. Jamais je n’aurai agi avec un homme de cette manière sans l’éducation de « H ».  Il fait de moi une « courtisane », « une femme de sexe » chaque fois qu’il le décide … et j’y prends goût. Je m’éclipse dans la salle de bain. «En bon américain » Roberto est sur son « blackberry », il me propose un verre, se félicite d’une si belle soirée et me tend sa carte de visite. Il dirige une grosse société à Bangkok et insiste pour me revoir.

 

 

Quittant sa chambre, mon corps tout entier subit encore des spasmes de jouissance. «H » m’attend au pied de l’escalier.  Je viens d’être baisée par un quasi-inconnu comme une « call girl ».

 

 

De retour à notre hôtel, je partage un dernier verre avec « H ». Je suis épuisée par tant de plaisir mais j’adore ça. C’est une sensation extraordinaire.

« H » me baisera, m’enculera divinement dans la chambre le restant de la nuit. C’est mieux qu’un marathon d’orgasmes, 24 heures de sexe. Depuis que nous sommes arrivés, je n’ai été que jouissance. Excitée et baisée sans cesse. Je m’écroule de sommeil.

 

  

 

« H » m’enculera de nouveau au réveil…



21/04/2012
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 289 autres membres